ww
w.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
7
7
7
7
REVUE DE PRESSE ET DIVERS
ÉTUDIÉ PAR LES ANGLAIS !
L
e
B
A
cture de cette étude sur la colonisa-
tion française, et plus particulièrement de la
symbolique de ce billet de l’AOF de 1939
(et non de 1945 comme indiqué), on pourrait
er qu’elle n’ait pas été réalisée par
nos historiens ou ministères mais par
nos voisins anglais.
Traduction (par ordre d’apparition) : Ma-
rianne, symbole de la France – Mère afri-
caine et enfant – Bras protecteur autour de
son épaule – L’enfant se tient à Marianne et
regarde droit devant, comme elle.
On retrouve bien cette idée de la France
protectrice dans le 5000F Empire Français
de 1942 et le 500 Piastres d’Indochine de
1939, tous les trois étant les plus grosses
coupures de leur époque.
Pour l’anecdote, selon la légende de cette
carte postale, l’enfant qui a probablement
servi de modèle était aveugle !
Éric MARTI
N
PLAINTE
AU CONSEIL DES VENTES
U
n lecteur me signale
Je parle des enchères officielles et légales,
pas celle du grand site dont nous épinglons
régulièrement les faux qui y apparaissent
trop souvent.
Si vous avez déjà lu l’article, vous pensez
que le malheureux n’a pas de chance…
Pourtant, si vous avez l’habitude des pra-
tiques réelles en France, vous savez que
l’on est dans le
cash and carry (tu payes
cash, tu te débrouilles avec le transport et
tu dégages…)
et que son problème vient
du fait qu'il attend des services annexes
d'emballage, de transport, de photos, d'infor-
mation… ce qui n'existe pas vraiment sauf
exception ou objets de grand prix.
Mais une autre approche sur le sujet est à
recommander, un excellent livre,
Descente
aux enchères
montre
un autre aspect du problème.
VU
NS POUR LES ARCHIVES DU FUTUR !
L
’assemblée générale de l’Association
desArchivistes Français a décidé ce jour
er une pétition citoyenne
ens contre le projet de règlement
européen sur les données personnelles ».
Merci à tous de la signer, de la faire signer
au
tour de vous, de la diffuser le plus lar-
possible via vos réseaux sociaux,
rnets d’adresses… N’hésitez pas à
en faire part à tous vos contacts, à vos amis
et familles, aux chercheurs, lecteurs, histo-
riens, généalogistes, car elle concerne les
s de chaque citoyen, ainsi que notre
ine !
Pour cela, utilisez le lien ci-dessous :
Pétition citoyenne «
Citoyens contre le pro-
jet de règlement européen sur les données
nelles
»
Pour éviter que de grands opérateurs privés
du web (Google, Facebook etc.) puissent
conserver et utiliser des données person-
nelles, la Commission européenne et le Par-
lement européen se préparent à adopter, pour
le printemps 2013, une solution radicale : un
règlement qui obligera tous les organismes
publics et privés à détruire ou à anonymi-
ser ces données une fois que le traitement
pour lequel elles auront été collectées sera
achevé, ou passé un court délai.
La commission veut ainsi assurer aux Euro-
péens un droit à l’oubli qui garantirait le
respect de leur vie privée. Ce règlement por-
tera sur les données personnelles sur toutes
leurs formes, informatiques ou papier. Il
s’appliquera immédiatement et s’imposera
aux législations nationales déjà en place.
Vous avez fini vos études ? L’école ou l’uni-
versité éliminera votre dossier. Vous avez
vendu un bien immobilier ? Les services du
cadastre détruiront les traces de votre pro-
priété. Vous n’êtes plus employé par votre
entreprise ? Celle-
ci supprimera les
informations vous
concernant.
À c h a c u n d e
veiller sur ses
propres données,
ne comptez plus
sur les services
publics ou sur
votre employeur !
Si vous n'êtes pas encore convaincu, la
suite du texte à
Contre l'amnésie collective programmée,
faites circuler et faites signer !
Association des archivistes français
8 rue Jean-Marie Jégo, 75013 Paris
Tél: 01-46-06-39-44, Fax: 01-46-06-39-52,
VU
ANDORRE FRAPPE SES EURO
POUR LE 1
er
JANVIER 2014
L
ire l’article dans l’Indépendant,
VU
1,2,3,4,5,6 8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,...40