ww
w.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
33
33
33
33
Constat n°2 
: Édifiant ! Dans la catégorie des billets « aplatis » (ou « pressés »), l’un des états de conservation a quasiment
disparu : l’état « B » n’existe plus !! : un seul exemplaire trouvé dans tout l’inventaire sur un total de 362 billets aplatis !
Et quand on regarde la demi-catégorie du dessus, on retrouve les billets B+ et pr.TTB en nette progression numérique :
19 billets. L’aplatissage permettrait-il de se rapprocher de la cote du dessus ? La règle n°2 serait-elle bafouée ? Essayons de
co
nfirmer en montant d’un cran dans les états. Nous trouvons alors 42 TB et… 111 TB+/pr.TTB !!! Même constat étrange.
onte d’un cran de plus, cela ne marche plus : 60 TTB pour 58 TTB+/pr.SUP. Mais cela peut s’expliquer : faire
un B pour un B+, c’est « simple comme un coup de fer ». Mais faire passer un TTB pour un TTB+ / proche du SUP,
cela devient un peu plus compliqué (ce qui n’exclut pas pour autant cette pratique sur les TTB, voir au « constat n°6 » le
cas des billets modernes).
stat n°3 
: Les références 21 et 22 (100F Bleu et Rose et 100F LOM avec LOM) représentent à elles seules 23 % des
référencés et comportent 29 % de tous les billets du XX
e
aplatis. Quand on voit dans le Fayette que, pour ces deux
ces, la plus petite cote en état B est de 100 euros, et que les plus petites cotes en états TB et TTB sont de 250 à
650 euros respectivement, on imagine tout de suite la tentation de « mettre un petit coup de fer ». Et ces cotes sont les mini-
mums des deux références… Ouvrez le Fayette et constatez par vous-même la plus value réalisable sur une demi-cote…
at n°4 
: Parlons un peu de LA vignette phare du XX
e
siècle, sur laquelle nous fantasmons tous : le 5000 Francs
Flameng. Sur 294 billets référencés, nous trouvons douze billets aplatis, soit
4,1 % des billets. Mais dans la liste, aucun B aplati, aucun B+ aplati, aucun TB !
Étrange !? Les premiers billets « aplatis » trouvés sont dans la catégorie TB+/
pr.TTB et sont au nombre de sept. Cote en TB : 2000 euros. Cote en TTB…
4000 euros ! Soit 1000 euros si le coup de fer vous fait gagner une demi-cote !
Constat n°5 
: Toujours dans la catégorie Flameng, je me suis « amusé » à
re-compter les lignes (désolé de n’avoir pas eu le courage de repointer les
6604 billets du XX
e
de l’inventaire), en ajoutant au nombre des aplatis, tous les
« restaurés, réparés, recollés, recoupés, mouillés… » et en excluant du compte
les « scotchés » qui peuvent provenir d’un recollage d’époque non destiné à
embellir, mais à conserver en état un billet destiné à payer un produit ou un
service (ce qui est la vocation première de tout billet avant de devenir objet de
collection). On trouve alors 29 billets « touchés », soit près de 10 % des Flameng
de l’inventaire. Là encore, nous sommes sur une valeur minimum (déclarée),
qui justifie pleinement la mise en garde de Claude Fayette page 111, sur «  les
nombreux exemplaires trafiqués et nettement améliorés. Compte tenu des valeurs
importantes, redoublez de vigilance (…) ». C’est donc un Flameng sur dix qui
aurait été bricolé. Au minimum…
1...,23,24,25,26,27,28,29,30,31,32 34,35,36,37,38,39,40