ww
w.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr www.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
ww
w.cgb.fr
23
23
23
23
LES ESSAIS EN VIROLE PLEINE
L
a frappe avec virole a été abandonnée
au cours de l’an 4 pour notamment
d
es raisons de lenteur. Malgré cela,
alités indéniables résultantes de
l’emploi de la virole, ont poussé l’Admi-
nistration des Monnaies à investiguer des
améliorations techniques du procédé de
en virole par balancier. À ce titre, on
au-delà de l’an 4 dans le registre de
Dupré des livraisons de coins avec virole :
AN 5 à Paris, le 13 pluviose (01/02/1797) :
2 paires
Paris, le 8 frimaire (28/11/1797) :
An 7 à Paris, le 11 brumaire (01/11/1798) :
1 paire
An 10 à Paris, consigné le 23 fructidor
/1802) mais livré le 10 messidor
ent : 2 paires
Il n’est pas étonnant que tous les coins soient
associés à Paris car ils sont destinés à des
tests et n’ont pas vocation à aboutir à des
nces.
À ce jour nous avions retrouvé trace des
2 paires de coins de l’an 5.
La première paire correspond à l’exemplaire
par le Cabinet des Médailles de la
hèque Nationale de France :
La deuxième
paire corres-
pond à l’exem-
plaire détenu
par le
.
À noter
que cette paire
se caractérise
par l’absence du
différent d’ate-
lier à l’avers.
une visite de Bernard Gresse au
Cabinet des Médailles de la Bibliothèque
Nationale de France, nous avons désormais
la trace d’une paire de coins avec virole
e l’an 10.
Cette variété exceptionnelle
en or n’est pas inédite car déjà
cée par Dewamin, Cia-
illoteau et Mazard. Ce
qui est nouveau c’est la certi-
tude de l’emploi de la virole
pleine quand bien même le
st discret voire paraît
inexistant sur une bonne partie du contour
de la pièce.
Dans le Mazard, la tranche est indiquée en
relief avec l’inscription « Dieu… » (Dieu
protège la France), ce qui en faisait donc
forcément une frappe postérieure et produite
par virole brisée et non pleine… Mais tout
porte à croire à une coquille dans le Mazard
sur la description de la tranche car Mazard
indique également une tranche inscrite avec
« Dieu… » pour la frappe d’épreuve d’un
coin de l’an 8 D sur un monneron en bronze
de 1792. Ce qui est aberrant !
Il est à noter que l’an 8 D sur monneron
est également conservé au Cabinet des
Médailles de la BNF : ces exemplaires ont
donc plus que probablement servi de base de
travail voire d’illustrations à ces différents
auteurs.
Dans le Ciani, est indiqué un
exemplaire dans la collection
Marcheville mais sans illus-
tration.
Plus récemment, un exemplaire
est passé en vente aux enchères
(
er
POUR LA 5 FRANCS UNION ET FORCE
1...,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22 24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,...40